Le projet en détail

Actualités
03 juin 2019

Le compte rendu de l’atelier de travail n°2 « Vivre avec un parc éolien » est désormais disponible.

Vous pouvez le consulter en vous rendant sur la page « La démarche de concertation », puis « Télécharger le compte rendu de l’atelier », ou en cliquant ici.

02 avril 2019

L’heure est venue de démonter le mât de mesure de vent !
A partir de demain, mercredi 03 avril 2019 et jusqu’à la fin de la semaine, nous allons procéder au démontage du mât de mesure de vent installé sur le site du projet éolien de Sepmes depuis mars 2018.

La pose d’une mât de mesure nous aura permis de collecter toutes les données de vent nécessaires à l’analyse du projet, ainsi que de précieux renseignements sur les populations de chiropthères environnantes, grâce à des capteurs installés également sur le mât.

6 Décembre 2018

Une nouvelle campagne de mesure acoustique devrait débuter courant janvier. Il s’agit de réaliser une étude du bruit ambiant en période hivernale (période non végétative). Les micros seront positionnés aux mêmes endroits chez les riverains ayant participé à la première campagne de mesures cet été.

L’étude est réalisée par le bureau Erea Ingénierie basé à Azay-le Rideau (37) (pour plus d’infos, voir « Les acteurs du projet« ).

10 Aout 2018

Des micros ont été installés chez 10 riverains les plus proches de la zone d’étude de manière à mesurer le bruit ambiant. Les micros resterons installés jusqu’a mi-Septembre (pour plus d’infos, voir l’onglet « L’étude acoustique » ). L’étude est réalisée par le bureau Erea Ingénierie basé à Azay-le Rideau (37) (pour plus d’infos, voir « Les acteurs du projet »).

Le choix du site

Le projet éolien de Sepmes s’inscrit dans les objectifs du Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) de la Région Centre Val de Loire qui fixe à l’horizon 2020, un objectif de 2600 MW de puissance installée pour l’éolien terrestre. Fin 2018, la Région ne comptabilisait toujours que 1040 MW de puissance installée. 

Pourquoi des éoliennes à Sepmes ?

Le choix d’un site en particulier pour l’implantation d’un projet éolien résulte de la convergence de multiples critères : les aspects réglementaires, techniques et environnementaux sont alors aussi décisifs que la volonté locale autour du projet, le contexte humain et les enjeux territoriaux. C’est parce que l’ensemble de ces critères sont réunis à Sepmes, que david énergies a pu, grâce à l’avis favorable du Conseil Municipal en 2015, initier des études pour la réalisation du Parc éolien de Sepmes. 

D’un point de vue technique, il a été pris en compte pour définir le site de Sepmes  :

  • la qualité de la ressource en vent,
  • les enjeux sur la biodiversité (sites naturels protégés ou d’intérêt…)
  • le patrimoine protégé,
  • les servitudes techniques, et aéronautiques
  • les contraintes acoustiques 
  • un éloignement d’au moins 500 mètres des zones destinées à l’habitation.

Le site du projet éolien de Sepmes – autrement dit la Zone d’Implantation Potentielle (ZIP) – est définie ci-dessous. Elle possède un potentiel maximum d’implantation de 5 éoliennes. L’implantation exacte des éoliennes sera prochainement définie, en fonction des résultats des études techniques actuellement en cours de finalisation. Le porteur du projet semble pour le moment privilégier un parc de 4 ou 5 éoliennes. 

Les études environnementales

Le bureau d’étude indépendant Théma Environnement a réalisé l’ensemble des expertises de terrain sur la faune et la flore.

Un inventaire des espèces animales et végétales a été effectué sur le site et ses environs, couvrant un cycle entier du milieu naturel, soit les 4 saisons. Ce diagnostic a permis d’identifier les enjeux environnementaux propres à la future zone d’implantation du parc éolien de Sepmes et d’évaluer la compatibilité du projet avec les milieux identifiés, ceci jusqu’à 20km autour de la zone d’étude.

A Sepmes, les études sont en cours de finalisation. Nous vous informerons des résultats des études sur la faune et la flore dans les prochaines semaines.

Une étude spécifique des chiroptères (chauves-souris) est aussi en cours de réalisation, avec des relevés au sol et en hauteur. A cet effet, des associations environnementales locales telles que la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) et SEPANTE (Société d’Etude, de Protection et d’Aménagement de la Nature en Touraine) ont été consultées.

La méthodologie spécifique suivante a été  mise en place pour la conduite des études faunes et flores :

L'étude paysagère

Une étude complète et précise du paysage est actuellement en cours de réalisation par MME GOSSET, une paysagiste indépendante, afin d’orienter les choix pour définir l’implantation la plus acceptable en terme de cohérence paysagère. Dans un rayon de 20 kilomètres, l’ensemble des lieux et/ou monuments possédant un intérêt patrimonial, culturel et/ou environnemental ont été pris en compte de manière à permettre la meilleure intégration possible du parc dans le paysage. 

L’étude paysagère respecte une méthodologie précise et est réalisées à différentes échelles  : à échelle du périmètre éloigné pour comprendre le contexte paysager, ses sensibilités patrimoniales, sa structuration ; et à échelle du périmètre local, qui consiste en une étude fine depuis les villages à proximité (entrée, sortie, place de l’église…), des hameaux les plus proches et des sensibilités patrimoniales.

  1. Il est d’abord réalisé un état initial de la zone d’étude, lors duquel est analysé le paysage existant, procédé à l’identification des unités paysagères, des enjeux paysagers et patrimoniaux, ainsi qu’à la définition des aires d’études.
  2. Ensuite, est réalisé une analyse des perceptions du projet lors de laquelle sont définies des aires d’influences visuelles, aussi des photomontages sont réalisés afin de commencer à aborder les perceptions et réflexions sur les variantes d’implantations, et des cartes de co-visibilité représenteront les lieux à partir desquels les éoliennes seront visibles.
  3. Enfin, une évaluation des impacts pour une intégration optimale est réalisée afin de définir le choix d’implantation finale des éoliennes, à la suite de quoi l’ensemble des photomontages définitifs seront réalisés, puis, enfin, sont proposées des mesures d’aménagement et de compensation paysagère.
  • Photomontages : montages photographiques qui permettront de visualiser le futur parc éolien au sein du paysage, depuis différents points de vue (comme celui en page d’Accueil).
L'étude acoustique

L’étude acoustique consiste à mesurer le niveau sonore résiduel et ambiant de la zone de projet, en effectuant des relevés depuis les habitations aux alentours, puis à vérifier par simulations numériques que le futur parc éolien respectera la réglementation acoustique. Cette réglementation prévoit notamment qu’un parc éolien ne doit pas générer une émergence de plus de 5 dB(A) le jour et 3 dB(A) la nuit.

Comment l’étude acoustique est-elle réalisée ? 

Chez les riverains du projet à Sepmes et Bournan, des micros ont été installés en 10 points de mesures autour de la zone d’implantation. La campagne de mesures doit être réalisée en deux périodes distinctes afin de suivre les évolutions de la végétation : une première en période estivale, une deuxième en période hivernale. La position des points de mesure a été définie en fonction des caractéristiques de la zone (topographie, paysage, vents dominants, infrastructures routières et ferroviaires…) et des limites de la zone d’implantation initiale. L’objectif est de caractériser l’ambiance sonore actuelle sur toute la zone pour évaluer le plus précisément possible les impacts acoustiques du projet.

La première phase de l’étude acoustique a été réalisée au cours de l’été, et la seconde phase de l’étude sera réalisée au cours du mois de décembre. 

 

Quels bruits sont mesurés ? 

  • Le bruit résiduel : mesuré lorsque que la zone d’étude n’est pas en activité, ou lorsque l’activité est minimale et ne génère pas ou peu de bruit.
  • Le bruit ambiant : mesuré lorsque la zone d’étude est en activité normale, avec ou sans émission sonore, considérantl’ensemble des sources de bruit présentes dans l’environnement du projet.

Cette étude a fait apparaître que les seuils réglementaires seront respectés, notamment grâce à l’adoption de modes de fonctionnement optimisés.

Quels bruits émettent les éoliennes ? 

  • Un bruit mécanique : il est essentiellement perceptible au pied de l’éolienne, lorsqu’elle commence à fonctionner. Il est dû aux différents mécanismes présents dans la nacelle.
  • Un bruit aérodynamique : dû à la rotation des pales fendant l’air.

Il faut noter que les éoliennes modernes sont beaucoup plus silencieuses qu’ont pu l’être les premiers modèles : ce fut d’ailleurs l’une des principales préoccupations des constructeurs d’éoliennes durant ces 10 dernières années. En particulier, le profil aérodynamique des pâles a considérablement été amélioré et des serrations sont aujourd’hui intégrées sur les pâles pour contribuer à diminuer le bruit lors de leur rotation.

L'étude de vent

Un mât de mesure du vent a été installé à la fin du mois de mars 2018 sur le site potentiel pendant une durée de 12 mois (voir emplacement sur la carte ci-contre).

D’une hauteur de 100m, il permettra de caractériser finement le gisement de vent et d’affiner le choix des machines à mettre en place pour assurer la meilleure production électrique.

Les autorisations administratives

L'étude d'Impacts

Le développement du projet éolien de Sepmes a nécessité et va encore nécessiter de longs mois d’études, permettant ainsi de composer le meilleur projet possible. Sur la base des études environnementales et techniques réalisées, david énergies va pouvoir définir un projet éolien cohérent, intégré au territoire, dans le respect de l’environnement et des populations. 

Lorsque l’ensemble des études techniques et environnementales consacrées au projet éolien seront finalisées, le porteur du projet pourra commencer la rédaction de l’Etude d’Impacts, afin de pouvoir déposer le dossier de demande d’autorisation environnementale en Préfecture. 

Les objectifs d’une Etude d’Impact sont triples :

  1. protéger l’environnement humain et naturel par le respect des textes réglementaires ;
  2. aider à la conception d’un projet par la prise en compte des enjeux et sensibilités des lieux ;
  3. informer le public des raisons du projet, des démarches entreprises et des effets attendus.

La procédure d'Autorisation Environnementale

La procédure d’autorisation d’un parc éolien prévoit la réalisation d’une étude d’impacts et de dangers qui évalue les effets du projet sur l’environnement, en incluant des critères tels que l’impact paysager, la biodiversité, le bruit et les risques pour les riverains. Elle prévoit également une enquête publique auprès des citoyens, menée par un Commissaire Enquêteur avec affichage dans un rayon de 6 km autour du lieu envisagé pour l’implantation des éoliennes. Le dossier complet du projet est consultable en mairie, le Commissaire Enquêteur assure des permanences et tient un registre dans lequel chacun peut y formuler des observations. A l’issue de cette période d’enquête publique, le Commissaire Enquêteur rédige un rapport et émet un avis.

Après examen du dossier par les services de l’Etat (pendant environ 10 mois), puis après rendu des conclusions du Commissaire Enquêteur, le Préfet étudie à son tour le dossier puis prend sa décision, par voie d’arrêté préfectoral. Cet arrêté vaut autorisation d’exploiter et peut fixer des prescriptions complémentaires et compensatoires (éloignement, niveau de bruit, contrôles réguliers, plantations d’écrans, …) qui viennent s’ajouter aux prescriptions réglementaires nationales en fonction des résultats des consultations et de l’enquête publique.

Les porteurs du projet souhaitent déposer en Préfecture d’Indre et Loire le dossier d’autorisation environnementale pour le Parc éolien de Sepmes au 1er semestre 2019, afin d’obtenir une réponse fin 2019. 

Pour plus d’informations, voir : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/eolien-terrestre

 

Historique

2018

  • Rencontre avec le Préfet 
  • Porte à porte d’information chez les riverains les plus proches
  • Installation du mât de mesure de vent
  • Réunions d’information du Conseil Municipal 
  • Visite d’un parc éolien existant (Saint-Georges-sur-Arnon – 36) avec les élus et les riverains de la zone d’étude 
  • Distribution de la Lettre d’Information n°1
  • Premier atelier de travail des riverains
  • Lancement de l’étude acoustique chez les riverains les plus proches 

2017

  • Réunion avec la DDT ( Direction Départementale des Territoires ) ainsi que plusieurs autres services de l’Etat 
  • Rencontre dans les bureaux des services de l’Architecture des Bâtiments de France de Touraine (STAP)
  • Rencontre avec le Président de la Communauté de Communes de Loches-Sud-Touraine 
  • Lancement de l’étude Faune-Flore et de l’étude territoriale de concertation
  • Rencontre avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) de Touraine

2016

  • Diverses rencontres avec les propriétaires et exploitants de la zone d’étude
  • Réunion avec la DDT ( Direction Départementale des Territoires ) de Tours 
  • Lancement du pré-diagnostique paysager
  • Réunion avec la Communauté de Communes de Grand Ligueillois
  • Présentation du pré-diagnostique paysager à la DDT de Tours

2015

  • Définition du projet
  • Rencontre et délibération favorable du Conseil Municipal
  • Rencontres et réunions avec les propriétaires et exploitants concernés par la zone de projet 
  • Visite d’un parc éolien existant (Parc éolien des Crêtes – 49) avec les élus, les propriétaires et les exploitants de la zone d’étude
  • Lancement des préconsultations administratives (Armées de l’air, Direction Générale de l’Aviation Civile, réseaux de télécommunications et électriques…) 
Le calendrier